Théophile de viau(1590-1626)

Publié le par nefertiti

Théophile de viau,dit aussi simplement Théophile,est l'un des grands poêtes de son temps,et un esprit libre,en une époque oû il est dangereux de l'être.Occitan et parpaillot de clairac,prés d'Agen,il voyage jusqu'en Hollande pour étudier,puis se montre à la cour au début du régne de Louis XIII et s'affiche comme le chef de file du clan des libertins,ce qui provoque son exil en Angleterre.
Rentré en grâce,il revient à paris se con vertir au catholicisme,mais on lui attribue la paternité d'un ouvrage obscène,Le parnasse satyrique,et il devient la cible du parti dévot.Les jésuites le font condamner à être brûlé vif par contumace.Arrêté prés de Saint-Quentin oû il s'est réfugié,Théophile est enfermé à la conciergerie par Richelieu qui l'y laisse croupir pendant deux ans.Grâve à l'intervention du duc de Monmorency,sa peine est commuée en banissement perpétuel.Mais sa santé est ruinée.Il meurt quelques mois plus tard,à l'age de 36 ans.Il reste l'un des rares poêts héritiers de la Renaissance à etre lu et apprécié pendant l'époque classique.


230px-Th-C3-A9ophile-de-Viau.png


Quand tu me vois baiser tes bras

                    Stances

Quand tu me vois baiser tes bras,
Que tu poses nus sur tes draps,
Bien plus blancs que le linge même,
Quand tu sens ma brûlante main
Se pourmener dessus ton sein,
Tu sens bien, Cloris, que je t'aime.

Comme un dévot devers les cieux,
Mes yeux tournés devers tes yeux,
A genoux auprès de ta couche,
Pressé de mille ardents désirs,
Je laisse sans ouvrir ma bouche,
Avec toi dormir mes plaisirs.

Le sommeil aise de t'avoir
Empêche tes yeux de me voir,
Et te retient dans son empire
Avec si peu de liberté,
Que ton esprit tout arrêté
Ne murmure ni ne respire.

La rose en rendant son odeur,
Le soleil donnant son ardeur,
Diane et le char qui la traîne,
Une Naïade dedans l'eau,
Et les Grâces dans un tableau,
Font plus de bruit que ton haleine.

Là je soupire auprès de toi,
Et considérant comme quoi
Ton oeil si doucement repose,
Je m'écrie : ô Ciel ! peux-tu bien
Tirer d'une si belle chose
Un si cruel mal que le mien ?
         Théophile de viau
___________________________
http://www.services-blog.com


                                                                              

Publié dans le monde des poétes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Moa 04/11/2007 11:31

Kikou la reine  :-)))Je vois tout et c'est un vrai plaisir.De beaux écrits, je reviendrai.Bien à toâ et bon dimanche.Bisous...